Allocution de Sa Majesté le roi Willem-Alexander à l’occasion du dîner d’État dans le cadre de la visite d’État de Leurs Majestés le roi Philippe et la reine Mathilde des Belges, Amsterdam

Sire, Majesté,

Soyez les bienvenus aux Pays-Bas! Herzlich willkommen!
Hartelijk welkom au Palais royal d'Amsterdam, fier symbole de notre Siècle d'or.

Quiconque connaît un peu l'histoire sait ce qui fonde le Siècle d'or. Si Amsterdam s'est construite sur pilotis, elle s'est aussi appuyée sur la connaissance, le capital et l'apport culturel des dizaines de milliers d'immigrés venus des Pays-Bas du Sud voilà plus de quatre siècles. Au dix-septième siècle, un tiers des habitants d'Amsterdam était originaire de l'actuelle Belgique.

Ce palais est donc aussi un peu le vôtre.

Mon épouse et moi-même sommes particulièrement heureux que vous ayez accepté notre invitation aux Pays-Bas pour une visite d'État propre à confirmer nos liens et à célébrer notre amitié.

Par bonheur, nos chemins se croisent souvent. Le mois dernier nous promouvions ensemble la littérature de langue néerlandaise lors de la Foire du livre de Francfort. Vous m'avez à cette occasion offert le roman Kaas (paru en français sous le titre Fromage), de Willem Elsschot, qui relate comment un employé de bureau anversois se laisse tenter et devient négociant en fromage de Hollande. Plus précisément en fromage d'Edam, bien onctueux, qu'il a lui-même en horreur. L'entreprise n'a pas le succès escompté. Mais quel texte magnifique !

La Flandre nous est proche par sa langue et sa culture. La région de Bruxelles-Capitale, en tant que métropole européenne, nous est également familière. La Wallonie semble à beaucoup plus lointaine. Tout le monde ne connaît pas le rôle moteur qu'elle a joué dans l'histoire européenne. Alors que les Pays-Bas ne connaissaient encore que les coches d'eau, les prairies et les moulins à vent, la Wallonie était déjà à l'heure de l'exploitation minière et des techniques modernes. C'est en Wallonie que notre civilisation industrielle est littéralement sortie de terre et a été lancée à toute vapeur.

Au sortir de décennies difficiles, la Wallonie apporte de nouveau la preuve de sa vitalité, en s'appuyant sur la technique et l'innovation. Pour cette raison également, nous attachons un grand prix à votre visite, qui est pour les Pays-Bas comme une fenêtre ouverte sur toutes les régions du Royaume de Belgique.

Sire, la physionomie de nos royaumes respectifs va bientôt être légèrement modifiée ! En vertu du traité frontalier signé aujourd'hui, votre pays devient l'heureux propriétaire d'une presqu'île sur la Meuse, attachée à la rive belge. Deux autres presqu'îles deviennent quant à elles néerlandaises. Une question de bon sens. Et tout ceci en bonne entente, sans Campagne des Dix-Jours. Cela illustre admirablement la manière dont nos pays résolvent ensemble les problèmes, dans le respect mutuel.

La Belgique et les Pays-Bas partagent une frontière longue de 450 kilomètres. De part et d'autre habitent des centaines de milliers de personnes qui se rendent parfois quotidiennement " de l'autre côté ". Il est bon que, dans la mesure du possible, nous levions les obstacles qu'elles rencontrent. Une ville frontière n'est pas un terminus, mais un passage. Les Pays-Bas saluent les initiatives visant à la coopération transfrontalière entre nos pays.

Notre coopération ne se limite pas à la proximité. Nos pays font partie des fondateurs de l'Union européenne et se sentent particulièrement responsables du partenariat européen. Votre pays a toujours défendu la cause d'une Europe qui n'œuvre pas qu'à ses intérêts économiques, mais aussi à la promotion de normes communes et à la stabilité dans le monde.

Ce dernier point est une nécessité, au vu de l'incertitude éprouvée par beaucoup face à l'avenir et des pressions exercées sur l'ordre juridique international. Le modèle d'intégration de nos forces navales et aériennes est unique au monde. La Belgique et les Pays-Bas iront prochainement plus loin dans cette coopération en effectuant ensemble le remplacement de leurs frégates et de leurs chasseurs de mines.

Partenaire de la Belgique également au sein de l'OTAN, nous sommes fiers de défendre avec elle la paix, la justice et le développement, notamment en Irak et en Syrie.

Dans un monde où la haine et la violence se propagent au mépris des frontières, la voix de la liberté, de la raison et de la réconciliation doit retentir. Les Pays-Bas ont beaucoup de respect pour la manière dont les Bruxellois, et tous les Belges, ont pris fait et cause pour la liberté et la dignité humaine après les attentats terroristes de mars dernier.

Sire, à chacun de leurs contacts, les Néerlandais et les Belges observent tant ce qui les rapproche que ce qui les sépare. Mon épouse a inauguré l'année dernière une grande exposition rétrospective de 200 ans de design en Belgique et aux Pays-Bas, organisée par le musée Boijmans de Rotterdam et le musée du design de Gand.
Lors du vernissage, les deux commissaires ont évoqué les dissemblances des deux nations.
" La différence majeure ", a déclaré la commissaire néerlandaise, " c'est que les Pays-Bas claironnent davantage leurs mérites ".
Ce à quoi son homologue belge a rétorqué : " Les Pays-Bas s'esclaffent. Nous sommes plus enclins à rire sous cape ".

Nous, les Néerlandais, savons que nos voisins belges nous trouvent parfois trop bruyants.

Mais sous cette impertinence se cache une tendresse profonde pour ce magnifique royaume que nous côtoyons. Les Pays-Bas ont de la chance d'avoir la Belgique comme voisine ! Ce pays accueillant où toute l'Europe se retrouve, où le nord et le sud se tendent la main. Ce pays chaleureux où chacun peut rester lui-même sans envier les autres. Riche d'une inventivité inimitable, d'un art de vivre inégalé.

Permettez-moi de vous inviter à porter un toast.

Au roi et à la reine des Belges.
Et à la chaleureuse et indéfectible amitié qui unit le Royaume de Belgique et le Royaume des Pays-Bas !