Discours du trône 2017

Mesdames et Messieurs les membres des États généraux,

Lors de l’ouverture des États généraux, tous les regards sont habituellement tournés vers La Haye. Mais aujourd’hui nos cœurs et nos pensées sont auprès des habitants de Saint-Martin, de Saba et de Saint-Eustache, si durement touchés par la force dévastatrice de l’ouragan Irma. Tous, nous partageons leur douleur. C’est justement dans ces circonstances difficiles que l’unité du Royaume est manifeste. Les paroles de soutien et les propositions d’aide ont été nombreuses. Le gouvernement fera son possible pour subvenir aux besoins urgents. La partie caraïbe du Royaume ne sera pas laissée à elle-même pour la reconstruction.

En ce qui concerne les Pays-Bas, nous observons nombre de développements positifs en cette fin du présent mandat gouvernemental. L’emploi est en hausse, l’achat d’immobilier aussi, et les entreprises investissent davantage. Après des années difficiles, la prospérité économique est revenue et les finances publiques sont assainies. Tout le monde ne ressent cependant pas les effets de la croissance dans son quotidien. C’est pourquoi il importe que davantage de gens puissent en cueillir les fruits.

En outre, les problèmes sont nombreux dans le monde qui nous entoure. Pensons à toutes les guerres et à tous les conflits armés qui sévissent sur la planète, à la menace terroriste et aux migrations. La situation géopolitique change elle aussi sensiblement.

Le fait que nous nous trouvions en période de formation du nouveau gouvernement oblige à la retenue dans la formulation de nouvelles propositions. Mais cela ne dispense pas le gouvernement du devoir d’agir pour l’intérêt national. Il faut toujours procéder à des réajustements pour s’adapter aux changements en cours.

L’attitude constructive de nombreux partis au sein des États généraux a permis, ces dernières années, de consolider les fondations du pays. Notre situation est bien meilleure que lors de l’entrée en fonction de l’actuel gouvernement en 2012. C’est le résultat d’une conjoncture internationale favorable, mais aussi de la capacité d’adaptation, des efforts intenses et du dynamisme de la population néerlandaise.

Après des années de marasme, la croissance est repartie depuis 2014. Le gouvernement a commencé son mandat avec une récession d’un pour cent. Cette année et l’année prochaine, les prévisions de croissance sont respectivement de 3,3 et de 2,5 pour cent. De nombreux signaux importants sont au vert : les exportations, la consommation et l’investissement des entreprises. L’excédent budgétaire continue de croître.

Avoir un emploi ou pas, cela fait une grande différence dans la vie. C’est pourquoi il est très heureux que de plus en plus de personnes accèdent à un emploi rémunéré. Le taux de chômage baisse rapidement et devrait atteindre 4,3 pour cent l’année prochaine. Mais aussi bons que soient les chiffres et les prévisions, tout le monde n’en profite pas. Il y a encore des gens qui peinent à payer chaque mois leur loyer et à joindre les deux bouts, ou qui s’inquiètent pour leur emploi. Le gouvernement a veillé à ce que chaque catégorie, y compris les foyers à bas revenu et les personnes âgées, conserve au moins son pouvoir d’achat en 2018.

Une société ouverte et orientée vers l’international comme la nôtre est fortement influencée par ce qui se passe à l’étranger. La tendance des dernières années est, hélas, à l’accroissement de l’instabilité mondiale. Ce mouvement, qui touche directement et indirectement notre vie, semble s’amplifier.

L’intégration internationale de notre pays est souvent enrichissante. Les Néerlandais passent en grand nombre leurs vacances à l’étranger. Nous sommes connectés au monde entier grâce aux réseaux sociaux, et une grande partie de notre revenu est gagnée hors de nos frontières.

La mondialisation est une donnée avec laquelle nous devons composer. Beaucoup d’entre nous en récoltent les fruits. Mais pas tout le monde et pas dans tous les domaines. Certains se retrouvent de plus en plus souvent en concurrence avec des travailleurs étrangers, et les règles applicables ou appliquées ne sont pas toujours les mêmes pour tous.

Les tensions ailleurs dans le monde mènent souvent à la guerre et à la violence. Cette violence vient parfois jusqu’à notre porte. La menace la plus forte est celle des attentats terroristes perpétrés chez nos voisins. Des endroits connus de tout un chacun ou presque peuvent soudain devenir des théâtres de peur, de chagrin et de souffrance : la Promenade des Anglais, le pont de Westminster, les Ramblas. Nous ne devons cependant pas nous laisser guider par la peur. La meilleure réponse au terrorisme est de conserver notre mode de vie. Les services de sécurité sont très vigilants et font tout leur possible pour prévenir les attentats. La lutte contre la radicalisation passe à la fois par la prévention et la répression, du suivi à l’école à la déchéance de la nationalité.

Aux Pays-Bas, chacun, indépendamment de ses origines ou de ses convictions, peut être lui-même dans les limites des valeurs partagées de l’État de droit. C’est ce qui fait la force de notre mode de vie. Le gouvernement investit de multiples façons dans la cohésion sociale, l’intégration, le respect des lois et le renforcement de nos normes et valeurs communes. Bâtir une société unie relève avant tout d’une responsabilité partagée et d’efforts perpétuels des familles, des écoles, des associations, autrement dit : de nous tous, avec un rôle propre et important à jouer.

En vue de garantir notre sécurité et notre prospérité, nous travaillons de concert avec d’autres pays au sein de l’Union européenne, de l’OTAN, des Nations unies et de diverses enceintes internationales. Car seule la coopération permet de relever les nombreux défis internationaux. C’est pourquoi la sortie de l’Union européenne du partenaire naturel qu’est le Royaume-Uni constitue une évolution décevante qui requiert une approche circonspecte. À Bruxelles, les Pays-Bas continueront à œuvrer en faveur d’une Union européenne qui propose des solutions en matière de sécurité, de migrations, de climat et d’énergie.

Les engagements de l’accord de Paris sur le climat doivent s’ancrer dans une solide politique climatique et énergétique européenne. La lutte contre le changement climatique est un exercice par définition international, auquel chaque pays doit contribuer. Les Pays-Bas s’emploieront à la mise en œuvre intégrale de l’accord énergétique, axé sur la réduction des émissions de CO2.

En 2018, notre Royaume occupera un siège au sein du Conseil de sécurité des Nations unies, un mandat qui souligne la constance de nos efforts pour la stabilité mondiale avec tous les instruments à notre disposition : diplomatie, coopération au développement et action militaire.

Le déploiement extérieur de nos troupes est une lourde responsabilité qui s’inscrit dans la tradition internationale de notre pays et sert notre propre intérêt. Les femmes et les hommes qui, souvent loin de leur foyer, s’engagent pour la paix et la sécurité méritent notre soutien et notre respect indéfectible. L’action militaire néerlandaise se concentre en priorité sur la vaste zone d’instabilité autour de l’Europe, qui affecte le plus les Pays-Bas et leurs alliés. Le gouvernement vous a récemment proposé de prolonger en 2018 les missions en cours en Lituanie, en Afghanistan et au Mali, ainsi que la contribution à la lutte contre Daech et la piraterie.

La sécurité et la lutte contre le terrorisme bénéficieront d’une enveloppe supplémentaire dans l’objectif de résoudre certains problèmes urgents. Les services de renseignement pourront recruter du personnel supplémentaire et la Maréchaussée royale se verra attribuer des moyens pour renforcer la surveillance des frontières, notamment à l’aéroport d’Amsterdam. En vue de mieux parer à la hausse des risques et des menaces numériques, des fonds complémentaires seront attribués à la lutte contre l’espionnage, le sabotage et la criminalité informatiques.

La sécurité et la stabilité constituent le fondement de la croissance et de la prospérité, dans la partie caraïbe du Royaume comme ailleurs. C’est pourquoi les garde-côtes recevront des moyens supplémentaires et les efforts de lutte contre la criminalité transfrontalière et ses effets subversifs seront prolongés pour quatre ans. L’amélioration pérenne de la situation dans la partie caraïbe du Royaume passe par une éducation de qualité et la lutte contre la pauvreté. Le gouvernement apporte autant que possible un soutien concret aux initiatives locales, comme en témoignent les accords récemment conclus avec le nouveau gouvernement de Curaçao en matière de lutte contre la pauvreté.

Rendre justice aux innocentes victimes du vol MH17 reste une responsabilité qui tient particulièrement à cœur au gouvernement. Le 17 juillet dernier, trois ans précisément après que l’avion a été abattu, leurs proches se sont réunis au bois du souvenir, à Vijfhuizen, où 298 arbres maintiennent vivante la mémoire des victimes. Tous les pays concernés ont récemment décidé que les poursuites pénales et le jugement des auteurs auraient lieu aux Pays-Bas. Des fonds seront réservés à cette fin à partir de 2018.

Les soins en établissement de long séjour disposeront l’an prochain de moyens renforcés. Le déploiement de personnel supplémentaire permettra d’entourer de davantage de sollicitude les personnes âgées les plus vulnérables, en réponse au souhait largement partagé au sein de la société comme des États généraux. Dans l’objectif de satisfaire aux normes de qualité, le budget alloué aux établissements de long séjour sera augmenté dans un premier temps, en 2018, de 435 millions d’euros.

Il est primordial que tous les enfants puissent bénéficier d’un enseignement de qualité. Le rôle des enseignants est déterminant et mérite notre considération. Dans cette optique, le gouvernement consacrera 270 millions d’euros à l’amélioration des conditions d’emploi dans le primaire et à la conclusion de nouveaux accords.  

Durant cette législature, l’extraction de gaz dans la province de Groningue a été réduite de plus de moitié et elle va encore baisser au 1er octobre. Mais il en faudra plus pour rendre justice aux habitants de Groningue sinistrés. C’est pourquoi un fonds et un nouveau protocole d’indemnisation sont en préparation. La profonde préoccupation de la population installée dans la zone touchée par les tremblements de terre ne disparaîtra pas instantanément, le gouvernement en est pleinement conscient.

Mesdames et messieurs les membres des États généraux,

Le jour de l’ouverture des États généraux nous donne l’occasion de faire l’état des lieux de notre pays afin de préciser la politique à mener. Il s’agit toujours d’un instantané et non d’un tableau définitif. Le gouvernement est chargé d’œuvrer sans relâche à la croissance et à l’amélioration de la vie de chacun des habitants, dans la continuité de notre histoire caractérisée par notre capacité à toujours avancer ensemble sur la voie du progrès.

Au cours de la nouvelle année parlementaire qui commence aujourd’hui, vos travaux dépendront fortement du programme du prochain gouvernement. Les Pays-Bas sont un pays de coalitions. La coopération nous a permis de faire de nombreuses avancées durant la précédente législature et d’établir des bases solides pour l’avenir. En tant que représentants du peuple, vous avez une responsabilité particulière à cet égard. Puissiez-vous remplir votre mission en sachant que beaucoup vous souhaitent la sagesse nécessaire et se joignent à moi pour prier que vous soient données la force et la bénédiction de Dieu.

 

Voir aussi

Se rattache à